Une interview sur le site d'Utopie

Publié le par Elvire et les Charlottes

En attendant la parution de Cytheriae et de la nouvelle "Toiles déchirées", dans Magiciennes et sorciers, l'anthologie des Imaginales dirigée par Stéphanie Nicot, une interview en ligne, sur le site d'Utopie.... 

Un extrait ci-dessous.

 

Sahagiel : pour débuter cette entrevue, pouvez-vous nous conter la genèse d’Arachnae ?

Charlotte Bousquet : quand j’ai commencé à écrire Arachnae, j’étais plongée dans la lecture de Le Vampire au fil des siècles d’Estelle Valls de Gomis, du Marquis de Sade – je crois que je venais de me procurer Les Crimes de l’amour et je jouais au jeu de rôles Les Secrets de la Septième Mer, qui se déroule dans un univers de cape et d’épées mêlant D’Artagnan et les Borgia. Je venais de terminer ma trilogie Le Cœur d’Amarantha (éditions Nestiveqnen). J’avais envie de reprendre certains aspects de l’univers (politique, tarots, divination), tout en créant quelque chose qui soit plus proche de la fantasy sombre et intimiste dans laquelle je me sens véritablement à l’aise… Je crois que de tout cela – et d’autres éléments aussi, comme des séries – a donné naissance au projet.

Fantastique, ouvrages jeunesses, polars historiques, vous avez expérimenté de nombreux genres. Arachnae s’intéresse plutôt à la dark fantasy, quelles sont les difficultés de ce genre, selon vous ? Et surtout, quelles libertés, quelles possibilités offre-t-il à un auteur ?

Les difficultés de la dark fantasy ? D’un point de vue d’auteur : je suppose que ce sont les mêmes rencontrées dans la fantasy en général. Je crois qu’il y a deux écueils à éviter : le copier-coller de recettes éculées (quoi que ce genre de plat puisse avoir une agréable saveur s’il est bien cuisiné), l’originalité à tout prix (fût-il celui de l’intérêt du récit). D’un point de vue plus commercial – mais ce serait à mon éditrice, Charlotte Volper, de répondre – peut-être la dark fantasy est-elle moins facile d’accès, et donc, moins aisée à « vendre », que la fantasy classique ?

 

Et l'intégralité de l'interview est disponible sur ce lien.

Commenter cet article

charlotte b. 29/04/2010 12:55


Je crois qu'on y a pas pensé. Je laisse Charlotte V. s'en charger si elle le souhaite!


Lucie 29/04/2010 09:57


Normalement, c'est au propriétaire du blog d'en mettre un ou non... Donc s'il n'y en a pas, c'est que vous n'en voulez pas ? :-(


Charlotte Bousquet 29/04/2010 09:47


Mais c'est parce qu'il n'y en a pas, je crois!


Lucie 29/04/2010 09:05


Bravo !

Et sinon, je n'ai pas trouvé le bouton pour s'inscrire à la newsletter du blog...?